Le 7ème art aujourd’hui

Depuis sa création, Cinéma Tout Ecran a été confronté à la question de la qualité des œuvres du 7ème art. Ce qui compte avant tout c’est la qualité artistique des films, le talent du réalisateur et le sens qu’il donne à sa réalisation, et peu importe le support qui le produit. Nous avons réussi à confondre les plus sceptiques et à entraîner l’adhésion d’un large public. La meilleure façon de s’en convaincre est d’aller voir les films du programme 2005 marquées par la singularité plurielle qui circule d’une réalisation, d’un pays à l’autre. Cinéastes chiliens, britanniques, français, iraniens, israéliens, danois sont au rendez-vous de cette diversité. Cette année, les réalisateurs suisses illustrent bien cette exigence de qualité. Que ce soit de Ruxandra Zenide, Rafaël Wolf, Laurent Nègre ou Judith Kennel: tous participent à donner enfin une image du cinéma suisse qui avait tendance à s’estomper…

C’est encore la singularité de chaque cinéaste qui imprègne le cinéma du réel (fiction et documentaire), question qui sera débattue dans notre colloque international « Le film politique aujourd’hui ». Selon les frères Lumière, le cinéma politique est l’art du réel, vision des plus pertinentes dans le contexte actuel de notre société marquée par la mondialisation.

Dans une situation d’omniprésence audiovisuelle, le cinéma et la télévision deviennent des instruments essentiels. Entre les mains de cinéastes, ils sont des espaces de réflexion et de création. Le temps d’un film, on peut s’interroger, approfondir, décortiquer les images, réfléchir à ce qu’elles représentent et pourquoi elles se font. Un film peut fonctionner comme un barrage : arrêter, un moment, le flot d’images, pour le transformer en une énergie nouvelle. Pour cela le cinéma comme la télévision sont des observateurs incontournables du monde actuel. En se battant pour imposer la diversité culturelle, le cinéma est bien placé pour s’opposer aux stratégies néo-libérales. C’est en partant des identités culturelles et des singularités artistiques de chaque cinéaste pour aller vers l’autre, que l’on défend le mieux des valeurs universelles.

Leo Kaneman, directeur général et artistique du Festival


PALMARES

COMPETITION INTERNATIONALE

REFLET D’OR CINEMA TOUT ECRAN POUR LE MEILLEUR FILM

Ryna, de Ruxandra Zenide (Suisse/Roumanie)

REFLET D’OR CINEMA TOUT ECRAN POUR LA MEILLEURE REALISATION

Kim Novak badade aldrig i Genesarets sjö (Kim Novak never swam in Ganesaret’s Lake), de Martin Asphaug (Suède)

MENTION SPECIALE DU JURY

Manners of Dying de Jeremy Peter Allen (Canada)

PRIX TITRA-FILM POUR L’ENCOURAGEMEMENT A LA DISTRIBUTION CINEMA

La sagrada familia, de Sebastiàn Campos (Chili)

PRIX TUDOR D’INTERPRETATION FEMININE

Mairead Mc Kinley, (dans Molly’s Way, d’Emily Atef)

PRIX TUDOR D’INTERPRETATION MASCULINE

Anton Lundqvist et Jesper Adefelt (dans Kim Novak badade aldrig i Genesarets sjö (Kim Novak never swam in Genesaret’s Lake) de Martin Asphaug)

PRIX FIPRESCI DE LA CRITIQUE INTERNATIONALE

Ryna, de Ruxandra Zenide (Suisse/Roumanie)

PRIX FNAC DU PUBLIC

Distortion (Distorsion) de Haïm Bouzaglo (Israël/France)

PRIX CINEMA TOUT ECRAN DU JURY DES JEUNES

Manners of Dying de Jeremy Peter Allen (Canada)

MENTION DU JURY DES JEUNES

Love de Vladan Nikolic (Etats-Unis/Serbie et Monténégro)

 

PRIX TV5 DU MEILLEUR FILM FRANCOPHONE

Fragile de Laurent Nègre (Suisse)

 

SECTION PERSPECTIVES

REFLET D’OR CINEMA TOUT ECRAN DE LA SECTION PERSPECTIVES

Schläfer (Sleeper) de Benjamin Heisenberg (Autriche / Allemagne)

PRIX EGLI-SWISS EFFECTS POUR L’ENCOURAGEMENT A UNE LARGE DIFFUSION D’UNE OEUVRE SU SUPPORT DVD

Sous mon lit de Jihane Chouaib (France)

SECTION TELEFILMS SUISSES

PRIX SWISSPERFORM DU MEILLEUR TELEFILM SUISSE

Lago Mio de Jann Preuss

MENTION DU JURY DES TELEFILMS SUISSES

Nadja Siéger dans Fremde im Paradies

PRIX INTERNATIONAL SERIES, COLLECTIONS & LONG DRAMAS
OFFERT PAR L’AEROPORT INTERNATIONALE DE GENEVE

REFLET D’OR pour la Meilleure Série

The Penal Battalion de Nikolay Dostal (Russie)

MENTION SPECIALE pour la Meilleure Série

My Name is Earl de Greg Garcia (Etats-Unis)

REFLET D’OR pour la Meilleure « Collection & Long Drama »

The Long Firm de Bille Eltringham (Grande-Bretagne)

MENTION SPECIALE pour la Meilleure « Collection & Long Drama »

Cena Aberta de Jorge Furtado (Brésil)

 

COMPETITION COURTS METRAGES

REFLET D’OR CINEMA TOUT ECRAN DU MEILLEUR COURT METRAGE

Smoke-flavored Life de Eunjung Ryou (Corée du Sud)

MENTION SPECIALE

Fliegenpflicht für Quadraköpfe de Stephan Flint Müller (Allemagne)

PRIX TSR DU MEILLEUR COURT METRAGE

A Karruszel Ritus (Le rite carrousel) de Zoltan Gayer et Peter Molnar (Hongrie)

PRIX KODAK DU MEILLEUR COURT METRAGE

Floh! de Christine Wiederkehr (Suisse)

PRIX TV5 DU MEILLEUR COURT METRAGE FRANCOPHONE

Kitchen d’Alice Winocour (France)

NOUVEAU PRIX LEMAN BLEU DU MEILLEUR COURT METRAGE

Home Game de Martin Lund (Norvège)

PRIX DU PUBLIC DU MEILLEUR COURT METRAGE

Fliegenpflicht für Quadraköpfe de Stephan Flint Müller (Allemagne)

 

COMPETITION CINEMA TOUT ENFANT

PRIX TSR POUR LE MEILLEUR COURT METRAGE D’ANIMATION JEUNE PUBLIC

Kater de Tine Kluth (Allemagne)

PRIX KODAK POUR LE MEILLEUR REALISATEUR

Kater de Tine Kluth (Allemagne)