2001

Affiche 2001

LES DIFFERENTS ASPECTS DU FESTIVAL


En présentant sur grand écran ce qui est produit pour le petit, Cinéma Tout Ecran ouvre une fenêtre sur un bouillonnement de créativité qui bouleverse les frontières entre cinéma et télévision. L’idée, d’originale au départ, s’est mise à revêtir un caractère indispensable.

Pourquoi? Parce qu’elle fait corps avec des préoccupations qui intéressent à peu près tout le monde, des professionnels et des cinéphiles au grand public. La réussite de l’événement tient autant par l’engouement du grand public et par la richesse qualitative du programme.

En cela réside la réussite de Cinéma Tout Ecran, sa crédibilité. Pour sa sixième édition indépendante, la manifestation a confirmé son identité. Et un festival, en fin de compte, ce n’est rien d’autre que ça: une identité.

Le Concept

Un festival original

Cinéma Tout Ecran est l’unique festival à consacrer sa programmation aux “films de fiction de qualité cinématographique” produits par/pour la télévision.

Le petit écran peut produire des fictions singulières. George Cukor, Steven Spielberg (Duel) ont ouvert la voie. Aujourd’hui, André Téchiné, Lars von Trier, Steven Soderbergh, Olivier Assayas, Woody Allen, Robert Guédiguian, Nicolas Wadimov, Claude Goretta et de jeunes réalisateurs s’y frottent avec bonheur et originalité. Ces cinéastes nous ont prouvé que grâce à leur talent d’auteur, l’antagonisme entre Cinéma et est dépassé, tant au plan de la production que de la distribution. L’essentiel étant la qualité de l’oeuvre.

Avec une quinzaine de films internationaux inédits, ou en première mondiale, la compétition officielle est l’occasion de découvrir un cinéma hors norme où seuls sont pris en compte la singularité d’un auteur, son expression artistique et son regard sur le monde.

Rencontres Internationales

Cette dénomination met en évidence l’un de nos objectifs principaux: faire en sorte que ce rendez-vous national et international à Genève devienne un lieu privilégié de discussions et de débats professionnels sur les problèmes du cinéma et de l’audiovisuel.


Palmarès

Le jury de la Compétition Officielle Internationale de la 7ème édition du Festival Cinéma Tout Ecran, composé de son Président Sir Peter Ustinov (Comédien/Grande-Bretagne-Suisse), Laure Adler (Journaliste-Ecrivain/France), Florence Viala (Comédienne/France), Issa Serge Coelo (Réalisateur/Tchad-France) et Cyril Thurston (Distributeur/Suisse), ont décerné les prix suivants :

GRAND PRIX CINEMA TOUT ECRAN pour le meilleur film offert par la Ville de Genève
CARE (Grande-Bretagne) réalisé par Antonia Bird.
Pour son courage, sa sensibilité, sa pudeur, son efficacité pour dénoncer l’un des maux de notre société.

GRAND PRIX DU JURY offert par l’Etat de Genève
ROADBLOCKS (KLISTI DROMI) (Grèce) réalisé par Stavros Ioannou.
Ce film rend compte de la complexité de l’exil et rend hommage à la dignité et au courage de ces nomades involontaires.

PRIX TITRA FILM SA pour l’encouragement à la distribution.
ADRIFT (Pays-Bas) réalisé par Michiel Van Jaarsveld pour que l’émotion juste et brutale qui se dégage de ce film soit vue sur grand écran.

PRIX RICHEMOND D’INTERPRETATION FEMININE offert par l’Hôtel Le Richemond
Sarah Pratt dans le film BREVE TRAVERSEE (France) réalisé par Catherine Breillat pour la subtilité et la profondeur de ses registres de l’interprétation des jeux de l’amour et de la séduction.

PRIX RICHEMOND D’INTERPRETATION MASCULINE offert par l’Hôtel Le Richemond
Daniel Parker et Steven Mackintosh dans le film CARE (Grande-Bretagne) réalisé par Antonia Bird pour la nuance et la sobriété de l’interprétation du rôle de Dave Younger, un homme dont la vie a été gâchée.

MENTION SPECIALE
Pour Roger Jendly, pour son interprétation dans NEWSMAN (Suisse) réalisé par Yvan Butler, qui sait ajouter un brin de sarcasme pour voiler sa peine.

MENTION SPECIALE
Pour STRUMPET (Grande-Bretagne) de Danny Boyle, pour l’originalité du traitement et la réalisation de ce conte moderne.


Le jury “ International Series ”, composé de Suzanne Laverdière (Directrice de la production extérieure,acquisition et longs métrages à Radio Canada/Canada), Marie-Catherine Marchetti (Responsable des achats fiction de Arte/France), Edmée Cuttat (Rédactrice en chef adjointe de la Tribune de Genève/Suisse), Lise Lachenal (Responsable acquisitions fictions à la TSR de 1980 à 2000/Suisse) et Andrew Deane (Producteur, Directeur de Projets Séries/Etats-Unis) ont décerné les prix suivants :

PRIX CINEMA TOUT ECRAN de la meilleure série
YIZO YIZO réalisé par Barry Berk et Teboho Mahlatsi (Afrique du Sud)
Pour le réalisme, l’originalité le courage, l’audace de traiter avec également beaucoup de sensibilité la vie quotidienne dans les “ township ” d’Afrique du Sud.

GRAND PRIX DES MINI-SERIES
BEKANNELSEN (THE CONFESSION) de Daniel Lind Lagerlöf (Suéde)
Un vrai programme de télévision, remarquable par le traitement, l’atmosphère et le jeu très abouti des acteurs.

MENTION SPECIALE
VOICES FROM THE HEARTLAND, MOTHER V réalisé par Shahar Rozen (Israël)
Pour le courage politique de propos, l’émotion et la grande sensibilité qui émanent du jeu des 2 principaux protagonistes.

MENTION SPECIALE
FUCCON FAMILY (Japon) réalisé par Yoshimasa Ishibashi, pour l’originalité de la série, la nouveauté du traitement, la critique acerbe de la société.


Le jury du Prix TV5 pour le meilleur long métrage francophone, composé de Clara Rousseau (Responsable Marketing TV5) et Christophe Assezat (Responsable des acquisitions Fictions et documentaires TV5) ont décerné le prix suivant :

PRIX TV 5 du meilleur long métrage de fiction francophone
POTLATCH (Suisse) de Pierre Maillard pour sa force, son originalité et surtout son interprétation.


Le jury des Courts Métrages en Compétition Internationale, composé de Nicolas Page (Ecrivain/Suisse), Manuel Polls (Réalisateur/Espagne) et Sabine Timoteo (Comédienne/Suisse) a décerné à l’unanimité les prix suivants :

PRIX DU MEILLEUR COURT METRAGE offert par la SSA
LES CHAUSSETTES SALES (France) de David Lanzmann, pour l’honnêteté du contenu et de la forme ainsi que par la nécessité et la motivation de raconter cette histoire. Merci.

PRIX TV5
MUNO (Belgique) de Bouli Lannerf, parce qu’il faut éviter le silence.

PRIX TSR décerné par Michel Shopfer (responsable des acquisitions courts métrages à la TSR), en accord avec le jury des Courts Métrages en Compétition Internationale
J’AI QUELQUE CHOSE A TE DIRE (ELA NA SOU PO) (Grèce) de Katerina Filiotou, pour son scénario et la justesse du jeu des interprètes qui font passer beaucoup d’émotions dans une histoire toute simple.


Le jury du Court Métrage suisse, composé de Julie Gilbert (Scénariste/Suisse), Jean-François Amiguet (Réalisateur/Suisse) et Pierre-Pascal Rossi (Journaliste-Reporter et scénariste/Suisse) a décerné les prix suivants :

COUP DE CŒUR POUR LA MEILLEURE REALISATION SUISSE
NUIT DE NOCES (Suisse) d’Olga Baillif
Pour l’extrême cohérence entre le propos et la forme, avec un vrai et beau personnage féminin remarquablement interprété, le jury décerne le prix Coup de Cœur à Nuit de Noces d’Olga Baillif.

PRIX KODAK
DIE WURSTVERKAÜFERIN (Suisse) de Oliver Paulus et Stephan Hillebrand
Pour l’audace et l’originalité de cet essai cinématographique à la frontière entre documentaire et fiction.


Le jury des jeunes, composé Clara Barrelet, Laura Mancilla, Alexandre Amacker, Vincent Fontana et Romain Borgeaud, a décerné le prix suivant :

PRIX DU JURY DES JEUNES CINEMA TOUT ECRAN
SPRAVA O PUTOVANI STUDENTU PETRA A JAKUBA (THE PILGRIMAGE OF STUDENTS PETER AND JACOB) réalisé par Drahomira Vihanova (République Tchèque)
Pour un sujet audacieux qui traite avec poésie le problème des gens du voyage.


Le jury du Concours du Meilleur Film de Télévision Suisse, composé de Anne Leduc (Producteur des coproductions télévisuelles à la RTBF/Belgique), Gaëtano Stucchi (Ex-directeur du Département Télévision de l’U.E.R./France), Christophe Schneider (Journaliste au Tages Anzeiger/Suisse) a décerné le prix suivant :

GRAND PRIX DU MEILLEUR FILM DE TELEVISION SUISSE
DRAGAN & MADLAINA (Suisse) de Kaspar Kasics


Le Jury du Public, composé de Malik Mallem, Abderrahmane Bekieh, Nicolas Frytag, Plavia Ambrosetti et Patrick Gilleron a décerné le prix suivant :

PRIX DU PUBLIC offert par La Tribune de Genève
ROADBLOCKS (Grèce) de Stavros Ionanou
Pour sa dimension humaine et la justesse de son propos. A travers l’exemple Kurde, le film porte un regard pertinent sur la question universelle de l’exil.